La liberté et l’accès direct à la connaissance

 

 « Tout ce que j’ai appris n’est que ce que croyait quelqu’un d’autre »

 

Cette phrase terrible entendue il y a quelques années d’un client rappelle à quel point penser par soi-même demande du courage et de la détermination.

Remplir le mental de ce que quelqu’un d’autre a conclu ou imaginé permet de forger des certitudes aux avantages certains, comme :

• être d’accord permet d’obtenir des accords ;
• approuver permet de plaire ;
• ressembler assemble,
• etc.

Mais à long terme, c’est la souffrance qui est certaine. S’en remettre à quelqu’un d’autre pour savoir ce qui est bon pour nous, c’est comme oublier qui est l’expert de sa propre vie.

L’endoctrinement, les certitudes des spécialistes, les faux-semblants et la comédie pour plaire aux autres plus qu’à soi, mènent à l’ombre, comme être le prisonnier des pensées de sachants. De douces dépendances pour de fortes souffrances.

C’est la propre expérience qui procure la connaissance de soi, des autres et du monde.

 

« Plus on me dit que c’est vrai, plus je dépends de ce que pense « on »

 

Pour télécharger cet article au format PDF cliquez ici.

Stéphane Licodia
Janvier 2021