L’évolution démographique est un véritable défi pour les entreprises. Unir les générations par la compréhension de leur perception de la place du travail dans leur vie est certainement la meilleure piste de réussites des entreprises dans le futur.

Si la théorie des générations est consensuelle en démographie, elle devient rapidement conflictuelle quand les sphères du management et du marketing se l’approprient.

Le lien entre l’appartenance générationnelle et les comportements professionnels n’existe pas. Cette segmentation est conflictuelle lorsqu’elle elle est utilisée pour opposer les générations entre elles.

Baby-boomers. Après les guerres, le monde est en reconstruction. En période de plein emploi, un lien entre la vie pour le travail et la réussite sociale est entretenu par un pouvoir très hiérarchisé.

Génération X La guerre froide et la crise pétrolière provoquent une période transitoire qui génère des incertitudes et des peurs pour l’avenir. Travailler pour vivre a pour conséquence de la rancune, des tensions, des critiques et de l’individualisme. L’opposition aux systèmes se développe par l’instabilité de l’emploi et des salaires.

Génération Y L’accès à l’information par les nouvelles technologies amplifie le déséquilibre des classes. La recherche de repère, de compréhension du monde, de soi et de soi dans le monde provoquent un besoin de sens et d’utilité qui laisse présager d’une autre approche du travail.

Génération Z La révolution numérique le monde connecté dans le nuage (cloud) nous déconnecte de nous. La volonté d’appartenance, de lien et d’unité s’amplifie. Le bien-être prime sur le travail. Il doit avoir du sens et participer à un but plus grand que soi pour que de l’énergie y soit consentie.

Seuls les managers incompétents, sous prétexte de les aider, utilisent la les générations pour les distinguer et ainsi mieux régner.

Les générations ont de tout temps réussi à s’adapter à l’évolution du monde dans lequel ils vivent. Et le manager inspiré est celui qui, au lieu d’opposer et de distinguer les générations entre elles, les reconnaît, les unit et les accompagne.

La caricature des générations…

Est moins conflictuelle que leur comparaison par des valeurs humaines.

Chacun se retrouve dans des valeurs communes. Sécurité, responsabilité, liberté, etc. sont autant de point d’union bien plus utiles pour partager un projet commun, atteindre ce qui est important et réussir ce pour quoi la mission de chacun s’accorde.

C’est le manager qui devrait être catalogué alphabétiquement, pas les personnes qu’il sert. Probablement que le manager U serait celui qui est capable de gérer les énergies pour unir les forces.

Le fossé générationnel ne peut exister que pour celui qui la précède et qui refuse l’évolution quel que soit son rythme. Mais sans temps, ni espace, le contexte n’a plus d’importance. Il laisse la place à un champ de possibles qu’un manager U sait exploiter.

50% de la force de travail de demain sera celle qui est connectée. Au ciel pour l’information. A la terre pour la connexion à soi et aux autres. Les réseaux s’occupent de l’information. Prévenir Mentor vous connecte.

S’intéresser à ce qui est vraiment important pour ceux qui feront notre avenir est utile à notre évolution, à votre organisation et à vous-même. Donner du sens, se rendre utile et participer à quelque chose de plus grand que soi relie les générations et participe à des projets qui valorisent qui on est.

Si vous désirez télécharger la version PDF de cet article vous pouvez cliquer ici.

Cet article a été rédigé par Stéphane Licodia | mai 2017 .